DSC_0914

Hélène Damville vit et travaille à Montreuil, en Ile de France.

Née dans une famille d’artistes en Normandie, Hélène Damville a toujours pratiqué le dessin d’après nature. Cette passion pour l’observation du vivant (animal et végétal) l’a conduite à fréquenter le Muséum d’Histoire de Paris où elle découvre Buffon et les naturalistes. Elle copie à l’envi les planches de ses maîtres, se familiarisant ainsi avec la complexité d’un squelette et de ses articulations ou bien des réseaux et ramifications du monde végétal, tous ces éléments secs qui sont à la fois l’architecture de la vie et la trace du vivant quand la vie est passée. Parallèlement à ses fréquentations assidues des salles du muséum, elle complète sa formation en suivant des cours d’anatomie artistiques et passe un Master de philosophie orientale à la Sorbonne.

C’est dans cet environnement d’analyses scientifiques, philosophiques et artistiques qu’elle bâtit son corpus gravé.

Le désir d’être au plus près de la matière vivante l’amène à choisir la gravure comme médium principal de ses recherches. La gravure mais plus précisément la taille directe sur métal et sur bois. C’est en effet par la ligne et un trait vigoureux qu’Hélène réussit à traduire l’essence de la vie dans ses œuvres. Elle se forme au burin sur cuivre auprès d’André Bongibault, à l’atelier L’estampe de Chaville puis se perfectionne en gravure ornementale sur métal à l’école Boulle. André Bongibault décelant ses qualités lui propose une résidence en Chine où elle découvre la gravure sur bois en taille d’épargne. Cette technique lui permet d’appréhender les grands formats et de laisser libre cours à la virtuosité de son tracé dans une relation intime et directe avec le bois. Elle incise au burin et à la gouge l’épiderme de la matrice avec une précision chirurgicale, qu’elle anime d’un trait libre et vigoureux, d’où émane l’énergie du vivant. Ce travail à la jonction de la gravure et de la sculpture correspond parfaitement à l’artiste qui s’absorbe corps et âme, dans ce long processus de transformation de la matière organique. Hélène Damville inverse la hiérarchie entre matrice et estampe. Ici, l’estampe est le témoin de la matrice, non plus sa finalité. D’ailleurs l’artiste confie ne plus être dans la notion de multiple et tend plutôt à faire des tirages uniques, voire des séries de deux ou trois exemplaires. En revanche, à côté de ses estampes, elle propose à notre regard ses magnifiques bois gravés rejoignant ainsi les artistes de la préhistoire dont la finalité de l’œuvre était l’objet gravé.

L’humain est rarement directement représenté. Néanmoins l’artiste nous suggère sa présence par des jeux de juxtaposition de matrices, rappelant les expériences de Rodin qui aimait superposer ses sculptures dans des dispositifs ludiques et surréalistes avant la lettre. Ainsi de deux têtes de lamantins inversées,  naît une troublante évocation de vanité, qui nous interroge à la fois sur note finalité, mais également sur nos origines.

DE LA GRAVURE AU TATOUAGE

Ce travail du trait dans l’épiderme du bois trouve naturellement chez Hélène Damville son prolongement dans l’art ancien du tatouage. Depuis quelques mois elle est donc entrée en apprentissage dans le Salon parisien du tatoueur Alessio Pariggiano. Elle qui aime travailler la matière organique a trouvé la niche artistique qu’elle cherche depuis des années : « la peau est un magnifique support dont le volume permet au dessin de devenir sculpture vivante »

Pascal Hemery

Mai 2019

 

Hélène Damville grave des bois secs et rétifs pour les ressusciter en branches et troncs ardents, corps de bois qui s’entrelacent et explosent sur une nuit d’encre.

Les écorces burinées cachent la chair, l’intimité des passions consumées jusqu’à l’os. Vestiges archaïques gravés au burin sur cuivre ; délicatesse virtuose du travail en taille douce en contre point à la fureur des larges tailles d’épargne. Silence de la création de l’arrière monde, absorbé par le doux papier blanc une fois la gravure achevée.

Torsions, enlacements, étreintes nous tourbillonnent l’âme. Simple dramaturgie en noir et blanc, gravée par Hélène tout en concentration et en puissance.

André Bongibault.


RESIDENCES/PRIX 

2017       Prix Jean Asselbergs, fondation Taylor

2016-17  Résidence à la Cité Internationale des Arts, Paris

2014-15  Membre artiste de l’académie de France à Madrid, Casa de Velazquez

2015       Fondation Goya, Fuendetodos, Espagne

2013       Résidence de gravure à la Guanlan original printmaking base, Shenzhen, Chine

2006-10  Résidence à la fondation Dufraine, Chars – bourse de l’Académie des Beaux-Arts de Paris

2010       Résidence au château de Lourmarin, fondation Robert Laurent-Vibert

 

EXPOSITIONS

2019      –Traces et Matrices, exposition de groupe présentée par Pascal Hémery, Château du Val Fleury, Gif sur Yvettes

2018      –Voyage dans les Albères, exposition en binôme avec Michel Brigand , musée Etienne Terrus, Elne (66)

              –Anthropocène, exposition de groupe présentée par Clara Pagnussat et la galerie Guido Romero Pierini, Paris 3e

              -Quand dorment les soleils, exposition personnelle à la galerie du Pavé d’Orsay, Paris

              -A. Bongibault, H. Damville, C. Texier : trois graveurs lauréats à la Fondation Taylor, Paris

             –D’autres Rivages, biennale de l’estampe de Houdan

2017     –Jeunes Pousses, Salon Graver Maintenant, Reuil Malmaison

              –Empreinte, Prieuré de Vinetz, Châlon en Champagne

2016     –Tailles Douces, galerie Malebranche, Paris

             -Itinérance 2016, Musée Dobrée, Nantes

2015     –Itinérance 2015, Salle Comtesse de Caen, Académie de France, Paris

             -Itinerancia 2015, Monastère de Santa Maria de Veruela, Saragosse

             -Itinerancia 2015, Exposition annuelle des artistes de la Casa de Velázquez, Madrid

             -Exposition pour la 13e édition du prix Gravix, Galerie Michèle Broutta, Paris

             -Artistas de la Casa de Velázquez, Fuendetodos, Saragosse

2014    –Por Venir,  Casa de Velazquez, Madrid

             -Estampa, Foire d’art multiple, stand de la Casa de Velázquez, Matadero, Madrid

             -Salon Pointe et Burin, fondation Taylor, Paris

             -Salon Jeune Gravure Contemporaine, mairie du 6e arr., Paris

2013    –Biennale de gravure de Guanlan, Shenzhen

             -China art weekly 6e festival d’art contemporain, Hangzhou

             -7e Biennale de gravure, Chaville

2012    –Salon international de l’estampe avec la galerie Del Leone, Grand Palais, Paris  

             -Salon Pointe et burin, fondation Taylor, Paris

             -Salon d’Automne section gravure

2010    –Salon de mai section gravure, Paris

2009    -Exposition personnelle à la Galerie des Beaux-Arts, Paris

2006    –3 générations de femmes artistes, Plougastel Daoulas

2005    -Exposition personnelle à la Galerie de l’If, Elne

FORMATION 

2010-2011         Université Paris Descartes/ Centre d’Etude de l’Expression : D.U. « Bases des  thérapies à médiations artistiques»

2010                  Formation à l’école Boulle, Paris, en gravure ornementale

2007-11             Formation en gravure taille douce à l’Estampe de Chaville

2005-08             Université Paris-Sorbonne : licence et Master de philosophie (spécialité philosophies orientales)

2002-05             Université Paris-Sorbonne : licence arts du spectacle

                          Formation en dessin anatomique aux ateliers Beaux-Arts de la ville de Paris   Montparnasse

 

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

2018-2019      -Formation à la technique du tatouage au Salon d’Alessio Pariggiano, Paris 3e

2017-2019      -Professeure de modèle vivant à l’EPSAA Ivry sur Seine

2016-2019      -Coordination/encadrement des ateliers d’arts visuels au sein de l’association Thot, école diplômante de français pour réfugiés et demandeurs d’asile

2017               -Professeure de modèle vivant aux Ateliers du Carrousel, ateliers d’été préparatoires

                       -Encadrement d’ateliers de gravure dans le cadre des Rendez-vous de Rivaulde 

2010-13          -Encadrement d’ateliers d’arts visuels (dessin et céramique) auprès de jeunes handicapés mentaux dans le cadre du projet Culture et handicap initié par la DRAC de Haute Normandie

2010-11          -Stage-ateliers au centre hospitalier Sainte Anne (Clinique des Maladies Mentales et de l’Encéphale)

2009               -Participation à la pose céramique de la Nef végétale à Mesnières, avec J. et J. Damville

2004-06          -Vacations au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris, pratique du dessin et de la peinture dans les laboratoires d’anatomie comparée